AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'ordre et le désordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 47
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: L'ordre et le désordre   Ven 18 Aoû - 17:10

Bonjour à vous,

Pour faire suite à la conversation qui se trouve :

http://metapsychique.frbb.net/viewtopic.forum?p=53#53

L'ordre et le désordre voilà deux critères importants dans notre vie quotidienne et notre éducation, aussi bien d'ailleurs qu'en philosophie et en science.

Il est pratiquement impossible d'en cerner les frontières. Dans la vie, ce que nous appelons « ordre » ou « désordre » résulte de notre façon d'en concevoir les notions.

Quelques exemples

Voici une personne qui range les objets de façon « impeccable » (impeccable selon quel critère?). Supposons que rien ne dépasse lorsqu'elle dispose des libres dans une bibliothèque, ou des objets sur une table. Au mur, aucun cadre ne quitte la stricte horizontale. Cette personne suit un critère « géométrique », qui lui fait déclarer les objets « en ordre ».

Supposons maintenant que cette personne soit atteinte de perfectionnisme et de manies. Elle ne supporte ni la moindre erreur, ni le moindre jugement défavorable. Face au critère de l'équilibre psychologique (mais quel est ce critère?), cette personne est dans un « désordre » intérieur. Et c'est son « désordre » intérieur qui engendre son perfectionnisme, donc son « ordre » extérieur.

Voici un dessinateur. Il range ses crayons de façon rigoureusement parallèle. Mais pourquoi pas en angle? ou en rond? Quel est son critère intérieur?

On peut déjà envisager ceci : nous disons qu'une chose est « en désordre » quand elle ne présente pas l'ordre que nous voulons. La façon dont nous concevons l'ordre ou le désordre est toujours l'écho de notre structure intérieure.

Diane
Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celestine

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 61
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: L'ordre et le désordre   Sam 19 Aoû - 15:33

Bonjour Diane,

Les dysfonctions qui sont nôtres nous furent enseignées, apprise et pratiquées, elles ont un lien avec les critères comme tu le fais mention. Si nos parents avaient une pauvre estime d'eux-mêmes, ils nous ont transmis cette même dysfonctions. Si leurs relations avc l'autorité étaient difficiles, ont se sens mal à l'aise face à une image quelconque d'autorité. Si nos parents étaient des êtres anxieux, nous sommes devenu dépressifs sans trop savoir pourquoi. S'ils étaient des parents perfectionniste et exigents, nous avons développé des attentes trop élevés, irréalistes et nous rêvons à des évènement incompatible avec nos capacités; nous vivons dans l'illusion.

La dysfonction est une maladie de critère familiale et se transmet de génération en génération, à moins de devenir plus fonctionnel. Plus on devient fonctionnel, plus on s'occupe de soi; moins on est dérangé par les autres, plus on apprend à vivre et à laisser vivre les autres.

Les dysfonctionnels sont obsédés par le comportement des autres!

Les types de comportement qui sont vôtres aujourd'hui sont le résultat de ce que vous avez pratiqué dès votre naissance.

Vous reproduisez dans votre vie le même modèle qu'on vous a appris étant enfant. Ce avec quoi vous avez grandi, vous l'avez pratiqué et vous l'êtes devenus.

Si un être vie une série de relation ratées, il en a été témoins. Si il est violent, il en a été témoins. Si il est incapables de ce faire dire "non" sans être vexés, si il a de la difficulté à dire "non" à une proposition, si il a tendance à vivre un mode de vie de toxicomane (cigarette, alcool, pilule, jeux, vidéo, bruit, excitation, etc), il est du type à qui on attribue la qualification de dysfonctionnel.

Avoir de la difficulté à s'engager, à vivre l'intimité, à se détendre, à s'affirmer, à répondre à ses besoins, ce sont quelques-unes des caractéristiques d'une personne dysfonctionnelle.

Célestine Papillon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 45
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Une question importante   Lun 21 Aoû - 15:47

Salut !

Voici une adolescente dont la chambre est dans un « désordre épouvantable » (selon le critère de ses parents, par exemple). Mais cette adolescente prétend se sentir très à l'aise et fort heureuse dans ce désordre. Les parents ne comprennent pas. Mais si ces parents étaient totalement informés de l'état d'être de l'adolescente, ils constateraient qu'elle se trouve parfaitement en ordre par rapport à son critère du moment... quitte à en changer le lendemain.

Il semble donc que c'est notre manque d'information qui nous pousse à déclarer une chose en désordre.

La compréhension profonde de ces faits peut bouleverser l'éducation (de soi-même et des autres), et peut changer la façon de concevoir l'existence et la vie en commun. Tout ceci constitue une école de « tolérance » quasi totale et de mise en place de soi-même dans le monde et dans l'univers.

Xavier
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Véro

avatar

Nombre de messages : 3
Age : 55
Date d'inscription : 20/08/2006

MessageSujet: Re: L'ordre et le désordre   Lun 21 Aoû - 16:35

Assurer la formation, le développement de nos enfants fait parti de nos obligations en étant parent.

Xavier a écrit:
Mais cette adolescente prétend se sentir très à l'aise et fort heureuse dans ce désordre. Les parents ne comprennent pas.

Une adolescente ne peut pas faire le bordel sous prétexte que ses parents ne la comprennent pas. N'importe qu'elle ado, ne se sent pas compris. Le respect des autres est important, par parce qu'elle se sent bien dans son désordre, que tout le monde doit se soumettre a vivre dans le barda...

Il y a une différence Xavier entre ne pas comprendre son adolescent et ne pas accepter de vivre dans une sou à cochon!

Véro Fleur bleu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 47
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Le bout du nez   Lun 21 Aoû - 22:23

Bonjour à vous, Smile

Nous avons tendance à ne voir qu'une partie des choses. L'ensemble des faits nous échappe; c'est normal. Pour voir le dos de notre voisin ou l'envers d'un meuble, nous sommes obligés de tourner autour. Nous ne possédons aucune vue « panoramique ». Mais il est moins normal que nous fassions trop rarement un effort pour appréhender l'ensemble des choses, dans la mesure de nos moyens.

En reprenant l'exemple de la chambre en désordre, les parents auraient manifesté beaucoup plus de compréhension s'ils avaient pu connaître l'ensemble des motivations gouvernant l'adolescente. Ils se seraient rendu compte qu'elle ne pouvait pas faire autrement, à ce moment-là. Son comportement extérieur « collait » à son critère intérieur, à ce moment-là. Le « désordre » de sa chambre était le reflet exact de son état affectif; donc de son critère.

Même chose en ce qui concerne les parents : selon leur critère intérieur de ce moment-là, ils ne pouvaient que déclarer la chambre « en désordre ». À son tour, l'adolescente aurait montré plus de compréhension si elle avait été informée de l'ensemble des critères parentaux.

Qui avait raison? Strictement personne, en même temps que tout le monde.

Parce que les états affectifs déterminaient les critères intérieurs qui, à leur tour, déterminaient les comportements, sans que nul n'y soit pour rien.

Prenons un exemple moins susceptible de soulever l'émotionnelle, tien une voiture en panne. Si nous l'observons, elle est donc en étant de « désordre » (par rapport à ce que nous attendons d'elle). Mais, en réalité, cette voiture obéit, en cet instant, à l'ensemble des forces qui la gouverne. Si elle est en panne, c'est parce qu'elle ne peut être autrement qu'en panne dans l'instant. Et quand elle fonctionne, elle ne peut faire autrement que de fonctionner et de répondre à l’attente.

Tout ceci est applicable à l'être humain.

Un autre exemple? Cette maison qui s'écroule est en « désordre » face à nos critères du moment (nos critères d'habitation, par ex.), mais si on pouvait considérer l'ensemble des forces régissent cette maison, on constaterait qu'elle ne peut faire autre chose que de s'écrouler; et qu'elle se trouve parfaitement « en ordre » par rapport à ces forces du moment.

Il faut donc le répéter : nous décrétons l'ordre aussi bien que le désordre parce que nous ne possédons jamais les informations d'ensemble.

Et finalement, dans l'univers comme en nous-mêmes, tout n'est-il pas « en ordre » depuis toujours et à jamais?

Chacun fait ce qu'il fait au moment où il le fait. Et il ne peut faire autrement que ce qu'il fait, à ce moment-là, selon son critère du moment.

De même, chacun a absolument raison selon son critère du moment, qui ne sera plus son critère de tout à l'heure (selon sa fatigue, son humeur, sa santé, les informations supplémentaires acquises, etc.).

Raison ou tort? Il n'existe jamais aucune dualité à l'instant même de la mise en application d'un critère. Personne n'a jamais « tort » ou « raison » dans cette optique. Ne vaut-il pas la peine, en ce cas, de rechercher et de connaître le critère de l'autre, aussi bien que le sien?

Diane
Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 45
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Second principe   Mar 29 Aoû - 2:16

Salut!

Le second principe émeut les biologistes, les médecins, les physiciens, informaticiens, philosophes, autant que les éducateurs.

C'est le principe impitoyable régissant chaque individu à chaque instant de son existence. Ce mystérieux « second principe » est une loi de mort. Il est semblable à un courant glacé qui emporte les humains vers une dégradation irréversible. Il conduit l'univers entier vers l'équilibre thermique, autrement dit vers la mort. Et par ce « second principe », la notion de « mort » est entrée dans les concepts scientifiques.

Il s'agit, bien entendu, du Second Principe de Carnot (né en 1796, mort en 1832), père de la thermodynamique, science par laquelle il est essentiel, je pense, de faire un détour en se limitant, à quelques faits fondamentaux qu'en penses-tu?

Xavier
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 47
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: La thermodynamique   Mar 29 Aoû - 6:01

Bonjour Smile

La thermodynamique est (si l'on peut dire) fille de la machine à vapeur. Elle est ce la puissance motrice du feu. Son origine fut purement utilitaire, mais son aboutissement déborde largement vers la philosophie et la métaphysique, et je trouve ça super intéressant que tu en soulèves ce sujet Xavier.

La thermodynamique est représentative des découvertes arrivant trop tôt, et bien avant que l'humanité en puisse concevoir la portée affective et éducative. Ses lois sont implacables. Rien ne semble leur échapper. Toute machine, tout organisme physique, toute entreprise humaine ou autre, toute société, toute famille, sont soumis à ces lois.

La thermodynamique étudie les rapports entre les phénomènes de chaleur et ceux du mouvement. L'idée fondamentale est que le travail ne se perd pas. Si ce travail semble disparaître, il est restitué sous forme de chaleur. S'il n'est pas restitué de cette manière, la fraction restante de travail nous sera rendue si nous sommes capables de le solliciter.

L'étude des machines thermique montre une « hiérarchie » entre les divers ormes d'énergie. Par exemple, l'énergie mécanique peut devenir chaleur. Mais la transformation inverse demande un apport extérieur. De plus, il y a perte d'énergie : une partie de la chaleur est irrécupérable (mais elle n'est pas détruite). Cette partie d'énergie est de plus en plus indisponible, et de façon irréversible. L'entropie est la mesure de cette non-disponibilité.

Si on applique à l'Univers les principes de la thermodynamique, on déduit qu'il possède une quantité d'énergie qui demeure constante : mais la qualité de cette énergie se dégrade, de façon irréversible.

L'univers tout entier va ainsi vers sa mort du moins l'univers « physique ». Car un système fermé n'échange aucune énergie, aucune matière, avec l'environnement. Il utilise sa propre réserve, dont la dégradation augmente, sans aucun espoir de retour.

Notons que les principes de la thermodynamique s'appliquent à des systèmes « fermées ». Notre univers peut être assimilé à un circuit fermé. La névrose également : la névrose est une sorte de « circuit fermé ». La névrosée se coupe du monde extérieur; il échange de moins en moins avec l'environnement. Son organisme utilise sa propre réserve d'énergie, et son entropie va vers un maximum.

Diane
Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ordre et le désordre   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ordre et le désordre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ordre des pédales
» Ordre dans un pedalboard?
» johnny porte plainte devant l'ordre des médecins
» La discothèque introuvable par ordre alphabétique C
» Les clubs français (par ordre alphabétique) !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cheminement personnel :: Vers la nouvelle psychologie-
Sauter vers: