AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La psychologie à l'endroit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 48
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: La psychologie à l'endroit   Mar 15 Aoû - 16:31

Bonjour à vous, Smile

Beaucoup son effaré devant les mutations qui se prépare. mais on n'a pas peur de ce qui vient, mais de ce qui s'en va . Des vérités vieillies vont disparaître, entraînant avec elles une masse de conceptions devenues périmées après une heure ou un siècle de gloire. C'est la remise en question de la planète entière et, par conséquent, de la psychologie de chacun de nous . Par manque de disponibilité intérieure, des millions de personnes ont fondé leur vie sur des optiques matérielles, morales ou spirituelles, que les futures découvertes réduiront à néant.

Ainsi, s'écrouleront de nombreux univers intérieurs. Le supporter demandera beaucoup de force d'âme. La fin du « temps des isolements » s'annonce. La communication avec soi-même deviendra primordiale. Si l'on est difformé et qu'ont ce regard dans un miroir, on y aperçoit un personnage difforme. Puisque « les autres » sont des miroirs et des projections de nous-mêmes, cette difformité de soi-même n'arrange pas les choses.

L'univers entier est ressenti comme bancal. On aboutit alors à une sorte de « schizophrénie désespérée » dont beaucoup de « jeunes » sont actuellement des exemples.

Pour demain, la communication avec son propre inconscient sera fondamentale. Et c'est probablement pour cette raison, sourdement ressentie, que la psychologie des profondeurs prend un essor qu'elle a rarement connu.

S'agira-t-il d'une révolution psychologique? Sûrment!

Où débouchera-t-on? Nul ne le sait. La mutation des « jeunes » sera-t-elle primordiale? Sans aucun doute. Mais rien ne sera, fais tant qu'ils n'auront pas, eux aussi, accompli leur unification intérieure, et réalisée, leurs potentialités d'intelligence, d'équilibre affectif, et de « décrassage intérieur ». En un mot, tant qu'ils n'auront pas réalisé leur Être.

La psychologie orthodoxe ne considère généralement qu'une certaine partie de la nature humaine : la plus cachée, la plus sombre, la plus refoulée. On appelle généralement cette couche : « l'inconscient », considérant ainsi qu'il est la poubelle dans laquelle s'entassent les résidus dont la conscience ne veut pas.

On considère ainsi l'être humain comme possédant un rez-de-chaussée (le conscient) et une cave sombre et humide (l'inconscient). Peut-être serait-il temps qu'on envisage le même être humain en possession d'un grenier, qui serait le « supraconscient ».

De l'inconscient « inférieur », la psychologie orthodoxe isole quelques éléments, souvent les plus négatifs. Elle attribue ensuite à ces éléments isolés des rôles déterminants dans le comportement. Ainsi, il n'est pas rare qu'un seul « complexe » soit chargé de tous les péchés d'Israel. Il suffit de penser au fameux complexe d'Oedipe. Non seulement on le rend responsable de tout, mais on « triture » des situations afin de pouvoir y ajuster ce complexe qui est censé donner l'explication définitive à un comportement individuel ou social.

Ainsi, on isole des événements ou des traumatismes (d'enfance par exemple), que l'on considère a priori comme négatifs (alors qu'ils sont parfois positifs), et on fait tourner l'ensemble de la personnalité autour de ces éléments isolé.

Dit autrement : on cherche le centre d'une personne où il ne se trouve pas. Une indigestion n'est pas l'estomac, et moins encore l'ensemble de l'organisme. Un complexe se situe dans la personnalité, mais il n'« est » pas la personnalité. L'être humain est « autre », et cet « autre » se situe à cent mille coudées que seulement du comportement visible.

On oublie que toute personnalité est une « métapersonnalité », totalement imbriquée dans la démarche de l'univers. Le malheur veut que cette métapersonnalité soit « réduite », dès l'enfance, à des éléments purement sociaux. La métapersonnalité bascule, se retourne, et devient ainsi une infrapersonnalité. N'empêche que de grands complexes continuent de tourner, chargés d'universel, et engendrant des nostalgies et des rêves puissants, qui correspondent probablement à une réalité existante, mais dont on déclare qu'ils doivent être rangés dans le tiroir des fantasmes, des illusions, voir des « délires »...

La psychologie traditionnelle néglige, en outre, les grands rêves humains. Tout être est « magique », dans la mesure où il ressent des choses qui se trouvent à l'horizon de son comportement quotidien et ses conceptions apprises.

De grandes sensations obscures habitent nos corps. Ces sensations se manifestent parfois à travers divers phénomènes inexplicables encore par la science actuelle. On les appelle (en attendant); fantasme, délires, hallucinations, schizophrénie, prémonitions, grands rêves nocturnes, magie, etc.

Nos éducations fabriquent des êtres « aliénés » de leurs sensations d'univers, et oblige chacun à demeurer « les pieds sur terre ». Ces éducations enseignent également qu'il faut voir « les choses en face ».

Si nous posons la question : « quelles choses? », on peut gager que la réponse tournera autour de : réussir socialement, mériter sa vie, avoir du courage, se dépasser, être le premier partout, éliminer toute expression de soi, etc. Il est inutile de dire que cette réponse-là ne valait pas l'énergie dépensée à poser la question.

Si la personnalité humaine est une « métapersonnalité », la psychologie devrait être un méta-psychologie, ne rejetant rien a priori, et capable d'envisager les hypothèses les plus apparemment absurdes. La physique moderne le fait : pourquoi pas la psychologie?

Chacun sait que la machinerie humaine ne fonctionne qu'au centième de ses possibilités affectives et mentales. L'homme actuel n'est que l'ébauche d'un être futur qui lui sera largement supérieure.

La plupart des vies montent comme des champignons, existent vaguement dans un sommeil de chaque instant, puis s'éteignent. La plupart des gens ne rencontrent que des incidents émergeant de-ci de-là, et souvent transformer en angoisses ou en « complexe ». Parmi ces hommes et femmes certains ont peut-être construit des ponts, réalisé des barrages, ait de grandes découvertes techniques, mais leur germe profond peut très bien être demeuré en latence. Ils disparaissent alors à jamais, laissant souvent la trace d'un savoir ou d'un avoir, non d'un être....


Diane

Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 45
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: La psychologie à l'endroit   Mar 15 Aoû - 16:43

Salut !

L'immense accroissement de l'intérêt pour la psychologie dans le monde, montre la conscience qui veut se retirer des réalités matérieles pour se tourner vers une réalités intérieures et subjectives. Notre époque attend de l'esprit ou de l'âme quelque chose que le monde extérieur ne peu pas lui donné. La conception purement mécaniste fait progressivement place à des concepte spiritualiste de l'homme, ce qui la amener progressivement a sa metaconscience et a sa relation à lui-même, aux autres et à l'univers.

Xavier
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 48
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: La psychologie à l'endroit   Mar 15 Aoû - 20:00

Bonjour,

La nouvelle psychologie devra se fondé sur une gageure : considérer l'humain, comme un échantillon d'univers, et recelant potentiellement des pouvoirs extraordinaires.

Une « nouvelle psychologie » signifie-t-elle la disparition de la psychologie actuelle? Certes non! Les bouleversements profonds prennent leur temps. Les mutations intérieures ne suivent que lentement les grandes découvertes. Ce qui changera, c'est l'intercommunication entre l'inconscient et le conscient de beaucoup d'individus, avec la mise en exploitation d'énergies ignorées.

Seule façon de le faire, c'est sans instructeur, professeur, et tous ceux qui finissent pas euthe, ogue... Cette psychologie nouvelle sera basée sur l'autodéveloppement assisté de nos nouvelles technologies.

L'intercommunication permettra un éveil différent et un regard très changé sur notre technologie actuelle.

La sensation s'étendra vers des ensembles. Toute psychologie purement « déductive » deviendra secondaire. On ne peut envisager l'intégration harmonieuse d'une maison dans un ensemble qu'en ravalant d'abord cette maison. Un individu ayant à s'intégrer dans l'humanité devra commencer par guérir son propre isolement, face à lui-même et au monde. Cette nouvelle psychologie prendra le relais de la psychologie telle que nous l'avons connu. Deux exemples sont possibles;

L'examen de soi-même pourrait être comparé à l'observation d'un objet au moyen du microscope traditionnel, muni de lentille comme chacun sait. Étant donné la perfection des optiques modernes, ce microscope peut fort bien descendre jusqu'au 1/1000 de millimètre. Mais au-delà? La technique optique le permet. Mais la lumière fait faux-bond. La lumière est, faites, d'ondes mesurant de 4 à 8 dixièmes de micron. Ces ondes ne suffisent plus lorsqu'il s'agit d'éclairer un objet plus petit qu'elles. Les ondes « passent à côté », et ne renvoient plus d'image.

Quant au microscope électronique, sorte de monstre pouvant peser de nombreuses tonnes et mesurer quelque dix mètres de haut, il a pris le relais du microscope habituel. Les photons de lumière sont « prolongés » par des électrons et les ondes « ultra-fines » qui les accompagnent. Et ainsi, la vision des choses peut descendre, non plus vers le micron, mais vers l'angström (1/10.000.000 de millimètre). Il en sera de même pour l'examen de soi. La psychologie emploiera des « ondes » de plus en plus fines, éclairant les parties les plus cachées de l'individu, les parties les plus centrales, là où gît la personnalité authentique avec ce qu'elle contient de pouvoir et de savoirs encore ignorée aujourd'hui.

Le deuxième exemple consistera en une comparaison avec le télescope. Cet instrument étudie le ciel à partir d'observatoire terrestre. Mais notre terre est encombrée d'atmosphère, de courant intense, de fumées et de nuages. Les télescopes placés sur orbite et les sondes lancées dans l'espace prendront le relais sans être gênés par les environnements terrestres. De même, la nouvelle psychologie projettera l'humain hors de son cocon, et le replacera dans la dimension qui est la sienne. Cette psychologie rejoindra aussi cette « expérience religieuse cosmique » dont parlait Einstein.

Est-ce pour un demain immédiat? Certainement pas. Mais des changements intérieurs sourdent. La plupart des psychologies regardent de « bas en haut »; elles tentent d'expliquer les clartés supérieures au moyen des obscurités inférieures. Ce qui reviendrait à scruter l'espace au moyen d'une lampe de poche.

En psychanalyse comme en toutes choses, l'expérience de début devrait être positive. Commencer l'équitation par une chute et une fracture du crâne n'a jamais aidé personne à devenir cavalier de haute école. Et c'est une aberration de prétendre que chuter brutalement dans l'eau glacée procure le goût de la natation.

La psychanalyse devrait être une étape de réparation de « circuit » intérieur, et de préparation à une sensation d'appartenance à l'univers. Ce qui importe en soi dans un récepteur de radio n'est pas le circuit électronique, mais sa capacité de transformer en musique les ondes électromagnétiques.

Une radiotechnicien entreprendrait-elle la construction d'un récepteur, s'il ignorait l'existence des ondes hertziennes? ...


Diane

Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 45
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Des critères à revoir   Ven 18 Aoû - 2:35

Salut!

Suite à ton texte, je vois que nous vivons et mourrons dans un pullulement de critères. Familiale ou autre, toute société est fondée sur des critères d'exigence; ceux-ci sont éducatifs, philosophiques, légaux. Ils représentent des jalons et des sécurités. Souvent invisibles, les critères déterminent, dès l'enfance, la façon de vivre, de penser, de se conduire.

Tout critère freine évidemment la liberté, qu'il s'agisse d'un code mondain, d'un règlement automobile, d'une loi morale. De même, toute adaptation à un critère « mutile » la personnalité potentielle. Les critères en usage obligent à « refouler » l'imagination la créativité, en même temps que l'énergie qui s'y trouvait liée.

Être soi-même signifie donc entrer en conflit avec de nombreux critères. Ces derniers sont cependant indispensables à la vie sociale et au respect mutuel. Mais il s'agit de ne pas s'identifier aux critères, et de devenir suffisamment soi-même pour n'en avoir pas besoin... tout en respectant ceux qui en sont dignes.

Xavier
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 48
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Imposer et proposer   Ven 18 Aoû - 3:12

Bonsoir Xavier,

Je trouve vraiment très intéressant de partager avec toi ! Smile

La plupart des critères sont souvent codifiés pour de longues durées. L’être humain fluctue sans cesse, ses sensations vont et viennent, mais les critères restent figés.

De très nombreuses personnes vivent également sur des critères intérieurs bloqués. Ce sont les personnes névrosées, refoulées, complexées. Les faux critères intérieurs deviennent des pivots permanents. Ils sont arrêtés dans le temps (souvent dans l’enfance). Et toute leur vie tourne, gravite, se durcit et se dessèche autour de ces pivots.

Le problème est la gestion et le respect des critères extérieur a nous…

Ceci est très grave, si l’on songe que l’éducation consiste à transmettre à un autre ses critères personnels!

Diane
Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 45
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: La pierre d’achoppement   Ven 18 Aoû - 3:20

Bonsoir Diane,

C’est un plaisir réciproque ma chère ! Charmant

Respecter les critères extérieurs ? Sans aucun doute, mais dans les limites de l’aisance intérieure et du respect envers autrui. Le respect doit être envers autrui et non envers les critères. Mais on navigue ainsi dans l’artificiel, de toutes façons; car le critère extérieur Diane ne correspond pas nécessairement au critère intérieur. C’est la pierre d’achoppement de toute éducation, comme de tout règlement.

C’est pourquoi il ne faut jamais imposer quoi que ce soit dans le domaine de la sensation ou des idées. Cela signifierait qu’on « injecte » à l’autre son propre critère. Mais il s’agit de proposer, en expliquant le critère sur lequel on se fonde. Exactement comme dans certains calculs on cite la base des logarithmes employée; si l’autre utilise une base différente, un rapide calcul lui permet de remettre tout en place.

Un critère qui s’installe pour longtemps n’a aucun sens. Tout change sans cesse, et tout est irréversible. Toute sensation disparaît très vite pour s’inscrire dans la mémoire. Il est assez absurde que le critère d’aujourd’hui soit celui de demain. « Ah! De mon temps !... » Disent des gens; et l’on impose ainsi un critère d’hier pour la vie d’aujourd’hui. C’est cependant ce qui se passe neuf fois sur dix.

Xavier
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 48
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: La tromperie des labels   Ven 18 Aoû - 3:26

Re bonsoir Xavier, Very Happy

L’humain n’est jamais ce qu’on croit qu’il est ! cherche

Il déborde toujours, et largement, tout critère qui tenterait de le définir. Il n’est jamais l’image qu'il a de lui même, ou que la famille ou la société lui imposent. Certains critères (éducatifs, moraux, philosophiques, idéologiques) rétrécissent l’humain de façon épouvantable.

Mais l’humain devient universel dès qu’il cesse de se confondre avec les critères. Le malheur consiste à l’ignorer, encore que beaucoup soient incapables de se passer des critères extérieurs, qui représentent leur sécurité intérieure de chaque instant.

Diane
Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 45
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: La psychologie à l'endroit   Ven 18 Aoû - 3:31

Re Salut !

Ainsi, le conflit est grand, et quasi toujours inconscient. La société veut que tout individu ressemble à des critères généraux, alors que tout individu ressemble à ses critères à lui. Alors, l’être humain ne sais plus ce qui se passe. Il ne sait même plus pourquoi il se trouve là. Ce sont alors des sentiments de solitude, d’angoisse, d’abandon, de rejet, de torsion, d’aliénation.

Le plus difficile est d’acquérir le sentiment profond d’une existence personnelle, avec ses tabernacles intérieurs et ses secrets. Et je crois utiles chère Diane de spécifier ici que pour les éducateurs et éduqués permanent que nous sommes tous, de passer en revue quelques critères tellement habituels qu’ils sont devenus invisibles et d’autant plus dangereux.

Qu’est-ce que tu en penses ? Rolling Eyes

Car autour de ces critères commence à tournoyer une profonde révolution psychologique, qui portera vraisemblablement ses fruits dans un temps pas trop éloigné.

Xavier
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 48
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: La psychologie à l'endroit   Ven 18 Aoû - 8:31

Bonjour Xavier,

Xavier a écrit:
Et je crois utiles chère Diane de spécifier ici que pour les éducateurs et éduqués permanent que nous sommes tous, de passer en revue quelques critères tellement habituels qu’ils sont devenus invisibles et d’autant plus dangereux. Qu’est-ce que tu en penses ? Rolling Eyes

C'est une excellente idée! J'aime bien ta collaboration, n'hésite surtout pas à me proposer tes idées. Sincèrement, j'apprécie ta compagnie même si elle est virtuelle

Je vais ouvrir une conversation a cette effet ! Smile

Comme dirais kimo lol2 sans retenu Bisous

Diane
Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La psychologie à l'endroit   

Revenir en haut Aller en bas
 
La psychologie à l'endroit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Devinez l'endroit (jeu géo-musical)
» L'envers et l'endroit d'Albert Camus.
» nouvel endroit
» UN JOUR AU MAUVAIS ENDROIT
» comme l'endroit m'est familier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cheminement personnel :: Vers la nouvelle psychologie-
Sauter vers: