AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La question qui nous hante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 47
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: La question qui nous hante   Mar 15 Aoû - 15:11

Bonjour à vous,

La vie humaine baigne dans des millions de questions, toujours les mêmes. Elles concernent la vie et la mort, le destin, l'au-delà. Ces questions surgissent d'âge en âge, toutes gravitant autour de mêmes angoisses et des mêmes espérances.

Les questions que l'on se pose sont apparemment fortes différentes : superficielles ou profondes, intelligentes ou banales. Eles se manifeste par les recherches biologiques, astronomiques, religieuses, philosophiques, artistiques, littéraires. Mais l'on peut croire que ces milliards de questions se ramènent à quelques-un, puis à une seule, et dont la formulation la plus « décantée » et la plus élaguée serait le banal : « Qu'est-ce que je fais ici-bas »?

Banal, soit : mais toutes les vies humaines, depuis le fond des temps, se sont organisées autour de cette unique question, dont il est évident qu'elle dépasse largement le « moi ». Elle s'étend vers le monde, l'univers, Dieu, la réalité ultime. Il s'agit d'une question cosmique. Il n'y a pas « des » questions. IL y a « la » question, dont toutes les questions du monde ne sont que des manifestations diverses, des dérivées, des rejaillissements, des éclatements; de même que la chaleur et les ondes de choc ne snt que les manifestations d'une seule explosion. Quant à la réponse, elle ne peut être, à son tour, qu'universelle. Mais quelle est cette réponse? Pourrait-on la définir? La formuler? Certainement pas...

Le moindre mot qui tenterait de « définir » cette réponse, la détruirait. Mais il n'y a qu'une seule réponse, de même qu'il ne peut y avoir qu'une seule interprétation d'une symphonie, et de même qu'on ne peut se trouver à la fois à Montréal et à Paris. Et de même que, dans l'univers, tout doit pouvoir se ramener à l'unité.

Mais si nous posons des questions, c'est parce que nous possédons (potentiellement) la réponse. Ce n'est pas parce que nous nous posons des questions que la réponse viendra; mais c'est parce que la réponse existe quelque part que nous la transformons en questions.

Une comparaison : ce n'est pas parce que le haut-parleur vibre que les ondes existent. Mais c'est parce que des ondes existent que le haut-parleur vibre. Et je crois que la prise de conscience de cette évidence peut transformer la vie entière.

Ainsi donc, il n'y a qu'une réponse fondamentale. Il n'existe qu'une « chose » de base pour tout ce qui existe. « La » réponse est mystérieuse et insaisissable. Nous ne pouvons ni la décrire, ni la formuler. C'est la réponse actuellement secrète, et ultime, de l'univers.

Cependant, aucun message n'est réellement secret; ce qui nous manque, c'est la possibilité de décoder ce message cosmique.

Il n'y a pas l'univers et nous; il y a l'univers avec nous dedans, à chaque microseconde, au même titre que tout ce qui existe.

Nos relations avec le cosmos sont permanentes et absolument imbriquées. Chacun sent intuitivement que cette réponse existe, et que tout ce qui est accessible a nos sens ne fait qu'approcher cette réponse-là : tous nos comportements, toutes nos pensées, toutes nos sensations, ne sont que des manifestations multiples de cette réponse unique.

La connaîtra-t-on un jour?

Mais en attendant, nous sommes plongés dedans, au même titre que tout ce qui existe. Elle nous englobe et nous fait agir. Toutes nos actions n'ont lieu que pour la rechercher, parce que nous sommes attirés par elle. C'est un phénomène de gravitation affective. Nous sommes plongés dans cette réponse comme une antenne l'est dans les ondes. Nous sommes imbibés de cette réponse, comme une éponge l'est par l'eau qui la baigne. Nous la connaissons, sans savoir que nous la connaissons. Nous la « captons » à notre mesure, et nous réagissons selon le « matériel » dont nous disposons : nous-mêmes. D'aucuns appelleront cette réponse : Conscience, connaissance, énergie-conscience... Si elle existe, nous la recevons dans nos corps-antennes. Mais nous ne pouvons la traduire que par des balbutiements.


Les ondes hertziennes, elles aussi par exemple, sont des signaux secrets. Nos corps ne peuvent les décoder, mais nous avons inventé des appareils...

Et vous, quelle est votre pensée sur le sujet?

Diane
Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 45
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: La question qui nous hante   Mar 15 Aoû - 17:25

Salut !

Je crois que tout ce que l'on pense, imagine ou rêve, est possible. La réalisation existe potentiellement; sinon on n'y penserait pas. Ce n'est pas parce que nous rêvons quelque chose que ce quelque chose existera un jour. Mais c'et parce que cela existe que nous le rêvons. On peut ainsi aller très loin, jusqu'aux limites de l'imaginaire...

Mais nous passons à côté de tant d'évidences ! Nous sommes dans l'élémentaires simplicités que nous ne parvenons pas à les apercevoir. Remarquerions-nous un collant qui nous moulerait de façon absolue et qui aurait la couleur de notre chair ?

Je crois que l'on ne crée jamais rien. Tout ce qui peut-être fait ou découvert existe potenteillement depuis la mise en marche de l'univers. On ne crée jamais de circonstances.

Les circonstances nous arrivent en permanence, mais on remarque les choses selon le besoin qu'on en a; on remarque les choses selon la ressemblance qu'on a avec elles, et au moment où l'on éprouve ce besoin. Sinon, on ne les remarquerait pas.

Xavier
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 47
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: La question qui nous hante   Mar 15 Aoû - 18:54

Bonjour à toi, Smile

Notre but est inscrit en nous depuis toujours. Il n'y a pas trente-six buts possibles, mais un seul, malgré les apparences. Ici aussi, notre « machine-corps » possède une seule réponse, et pas deux. Le but qui est gravé en nous est celui qui ressemble le plus à ce que sommes. Tous les autres buts que nous pourrions atteindre ne sont que des approches vers ce but unique.

Mais l'atteint-on? Rarement.

On converge vers lui. Mais parfois, il se montre brutalement, remettant en question la vie qu'on menait, la route qu'on suivait, le métier qu'on croyait accomplir. Ce but qui se dévoile est alors un éblouissement, parce qu'il est une évidence. On est fait pour lui comme il est fait pour nous. Oui, un seul but est inscrit en nous. Personne n'est est jamais détourné. Mais on en est dévié par d'innombrables circonstances, à commencer par l'éducation générale. Mais, malgré les zigzags, les hésitations, les supputations et les recherches, ce but inscrit demeure inamovible, d'autant plus que nul ne peut revenir en arrière : tout est irréversible.

Cette sensation que tout converge en nous vers un seul but, provoque une confiance profonde en l'existence et envers les actions qu'on accomplit. Car l'angoisse humaine provient souvent de la « torsion » entre les buts apparents et provisoires, dus aux déviations, et « le » but essentiel, vers lequel on est poussé sans le savoir.

De plus, notre démarche individuelle n'est-elle pas absolument solidaire du but unique de l'univers?

Diane
Coeur rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La question qui nous hante   

Revenir en haut Aller en bas
 
La question qui nous hante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La question musicale du jour
» [Jeu] Offrons-nous des cadeaux...
» Question bête mais...
» [Question] Nom du chien de Tom et chien de Bill
» Question HiFi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cheminement personnel :: Vers la nouvelle psychologie-
Sauter vers: